LES POUMPILS MONTECHOIS : site officiel du club de randonnee de Montech - clubeo

Tempête sur le lac

6 mars 2018 - 20:17

 

 

Oh ! qu’ils étaient vaillants ces POUMPILS MONTECHOIS

Partis joyeux sur les bords d’un lac beaumontois

Par un beau jour d’hiver baigné d’un chaud soleil !

Qu’ils ont été courageux quand venus du ciel

Le vent et la grêle sur eux se sont jetés

Glaçant et retournant leur sang épouvanté!

 

Ces quelques cers sont sans doute un peu grandiloquents mais ils donnent une synthèse assez réaliste de cette sortie que nous garderons longtemps en mémoire.

Voyons en donc le détail.

Ce mardi 6 mars, la Rando Santé était hors les murs et nous avions jeté notre dévolu sur la base de loisirs de BEAUMONT DE LOMAGNE et son fameux lac. Marc et Rosette étaient aux commandes. Nous connaissions bien l’endroit puisqu’à l’automne dernier nous y avions animés les randonnées pédestres de la Journée de la MUTUALITE. Nous étions 9 au départ. Il faisait beau et METEOBLUE nous donnait jusqu’à 17 heures pour faire notre petite balade. Claude avait bien remarqué, dans le lointain, un nuage un peu plus sombre que les autres mais ce n’était pas son jour : il avait mis 15 minutes, juste avant le départ, pour retrouver ses clés de voiture qu’il avait dans sa poche et Daniele ne l’accompagnait pas. Nous n’avons donc pas pris comme il le convenait sa mise en garde.  

L’endroit était splendide. Le lac en particulier s’était habillé d’un vert lumineux et un petit vent frais agitait sa surface. Il nourrissait des trains de vaguelettes qui venaient s’écraser sur les berges du plan d’eau. Avec un peu d’imagination, nous aurions pu nous croire en bord de mer. Nous avancions d’un bon pas sur un chemin empierré, bien entretenu et sec. Le petit nuage de Claude aussi et plus le temps passait et plus sa rencontre nous semblait inévitable.

Elle eut lieu brutalement alors que nous avions parcouru environ un kilomètre : nous étions alors à un endroit diamétralement opposé à notre point de départ.  Le vent soudain surgit de nulle part et il était tellement violent que nous avions du mal à rester debout. Un temps, Marie, qui commençait sa rééducation pédestre, dut chercher l’appui de Rosette : ses bâtons ne lui suffisaient plus pour se maintenir debout. Très rapidement, une pluie dense mêlée de grêle accompagna ce vent violent. Nous n’avions pas de cape dans nos sacs. D’ailleurs, aurions-nous pu les enfiler si tel avait été le cas ? Pas si sûr. Alors, stoïques, nous avons continué à avancer. L’eau était très froide et nous n’avions aucun mal pour mesurer sa progression rapide dans nos vêtements.  Après quelques minutes seulement, nous n’avions plus beaucoup de sec sur la peau.

Le retour fut rapide mais, au fur et à mesure que nous nous rapprochions des voitures, le fond du ciel blanchissait à vue d’œil. Le grain orageux nous quittait pour aller régaler nos amis marcheurs de la Rando Douce.  Arrivés sur le parking, le soleil était quasiment de retour mais personnes n’avait envie de repartir pour un tour. Tous rêvaient d’une bonne douche chaude et de vêtements secs pour se remettre de cette sortie inoubliable.

Marc

Commentaires

Hermine Cavagné 8 mars 2018 18:58

problème résolu bravo aux courageux santé-randonneurs

Hermine Cavagné 7 mars 2018 14:54

petit problème rien n'apparait

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement l'actualité du club par e-mail

OU