LES POUMPILS MONTECHOIS : site officiel du club de randonnee de Montech - clubeo

15 POUMPILS au 47 km du 47

2 mai 2017 - 11:24

15 POUMPILS MONTECHOIS ont participé au 47 km du 47 et se sont distingués.

 

Le 47 km du 47 est une randonnée remarquablement bien organisée par le CDRP du lot et Garonne autour de FUMEL. Elle permet à chacun des participants de se battre contre lui-même dans un cadre splendide et parfaitement sécurisé. Le principe en est simple. On s’aligne au départ et quand on a atteint ses limites on prend un bus pour revenir au point de départ.

Le matin du dimanche 30 avril 2017, nous sommes 15 POUMPILS MONTECHOIS à nous attaquer à la dixième édition de cette randonnée. Il y a là les gros bras du club comme Serge ou Bernard mais aussi des marcheurs moins en vue, voire modestes ou convalescents. Nous aurions dû être plus nombreux mais l’ébardeuse d’Alain a eu la mauvaise idée de prendre son indépendance la veille au matin. Alors, pas de FUMEL pour Alain et Annie mais les urgences de MONTAUBAN.   Nous regrettons leur absence et nous souhaitons à Alain un prompt rétablissement. La prochaine édition aura lieu le 29 avril 2018 et nous comptons bien sur leur présence ce jour-là.

Notre 47 km du 47 a véritablement commencé le samedi 29 avril quand nous sommes venus à quelques-uns sentir le terrain. Pas intimidés pour un sou, nous nous sommes payé le luxe de piqueniquer à CUZORN. Nous espérions bien atteindre cette étape, la dernière avant l’arrivée, le lendemain après 40 kilomètres de marche. Il faisait beau et nul n’imaginait que le splendide cadre dans lequel nous nous se restaurions se transformerait en enfer sous l’orage du dimanche.

L’après-midi, après les opérations d’inscription, nous nous sommes offert un petit échauffement à PUY L’EVÊQUE. Ce village médiéval fut un temps anglais mais l’histoire ne rapporte aucun lien précis avec les Etats Unis d’Amérique. Pourtant une splendide voiture de Shérif nous attendait sur la place de la Mairie.  Des jeunes mariés peut-être à la recherche de sensations fortes ? Quelques minutes après, Edith frôlait l’incident diplomatique en qualifiant de statue un respectable citoyen de sa majesté en train de lire sur sa terrasse.  Le Lot a connu jusqu’au 19ème siècle une navigation fluviale importante. PUY L’EVÊQUE était un port important et prospère et nous souhaitions mettre nos pieds dans les traces des valeureux mariniers d’alors.  Un seul bateau était présent à la cale.  Il ressemblait plus à un promène-couillons qu’à une authentique gabarre mais, l’imagination aidant, il pouvait faire l’affaire. Hélas, ce n’était pas l’avis de son « petit capitaine » qui nous a laissé sur le quai sans véritable explication.

Le soir, comme l’an dernier, nous nous sommes retrouvés au complet au Couvent de DURAVEL. Anne et Jean François nous ont accueillis avec beaucoup de chaleur.  Leur établissement a abrité à une époque une communauté de religieuses et une école de filles. Les chambres en garde la trace. On peut dormir au « Petit Paradis » ou préférer la « Diablotine » ou la « Suite des Nonnes ». De toute façon, elles sont toutes confortables et elles nous ont permis de réparer nos forces et de nous préparer au grand jour.

Le samedi de farniente est bien loin au matin du 30 avril à 8 h quand nous nous retrouvons sur la ligne de départ. Le ciel est dégagé et l’alerte orange qui encombre nos messageries n’a aucun effet visible sur les participants. Le départ est rapide et très vite des couples se forment pour affronter les vicissitudes du parcours. En tête, les boss Serge et Bernard considèrent que ces 47 km ne sont qu’un banal entrainement de marche nordique...certes un peu poussé.  Ils y voient la possibilité de bien s’amuser et ils affichent un objectif ambitieux de plus de 6 kilomètres à l’heure. Leurs suivants Alain et Nathalie confirment un engagement antérieur et leur volonté renouvelée de partager le meilleur et le pire. Pour Sophie et Valérie, c’est le lien mère fille qui se renforce dans la difficulté. Pas de considération de ce type pour Hermine et Maïté ni pour Francine et Daniel. Ils n’empêchent que ces « couples occasionnels» collaborent avec une réelle efficacité pour gérer leur progression. Plus loin, dans le groupetto, Edith, Rosette, Michel et Marc font ce qu’ils peuvent…mais ils le font bien. Ils enregistrent avec envie la progression des cadors de tête et calculent avec inquiétude les progrès qu’ils leur restent à faire s’ils veulent un jour bénéficier des saucisses grillées offertes par les organisateurs. Au 47 km du 47, les forts dévalisent les points de ravitaillement, en particulier les saucisses grillées, et ils ne laissent aux faibles que les miettes. Bref, on reste dans la vraie vie.

Jusqu’en début d’après-midi, tout va bien. La température est idéale, les paysages sont splendides, les chemins, la plupart du temps de terre, sont secs et bien balisés. Puis, tout d’un coup,  tout se gâte. L’orage que les participants ont snobé le matin, se rappelle à leur bon souvenir. Il est rapidement violent…voire dangereux.  Le vent, la pluie et les éclairs envahissent l’espace et rendent les conditions de progression épouvantables pour les marcheurs. Un arbre s’effondre devant Nathalie et Alain. Le vent, la foudre ? Ils n’en savent rien et ils n’ont pas à cœur de pousser plus loin leurs investigations. Maïté et Hermine ratent une balise à CUZORN et ils ajoutent au moins 2 kilomètres à leur compteur avec une centaine de marches dangereuses car glissantes.  Sylviane, qui vient juste de rejoindre l’épreuve fait de même et rentre sagement à FUMEL. Francine et Daniel ont beaucoup de chance. L’orage les attrape au moment où ils se ravitaillent à SAINT FONT. Ils attendent tranquillement sa fin avant de repartir sur CUSORN. Là, ils affrontent les organisateurs pour pouvoir terminer le parcours sur un tronçon que ceux-ci viennent juste de fermer.  Les cadors, quant à eux, n’ont que mépris pour ces détails météorologiques. Ils foncent. Le groupetto a lui sagement interrompu son effort au 23ème kilomètre, à BLANQUEFORT, et il compte les éclairs bien au sec dans la voiture de Marc.

Dix POUMPILS franchissent la ligne d’arrivée entre 16 h et 18 h, trempés à l’os, transis, crevés mais heureux. Ils ont droit au(x) traditionnel(s) demi(s) et à un repas chaud. La daube n’a rien de gastronomique mais tous l’apprécient. L’ambiance est chaleureuse. Les commentaires vont bon train. Tous en ont bavé et ils l’avouent sans ambages. Ils en gardent d’ailleurs les séquelles. Où sont passés les fringants athlètes du matin qui avançaient d’un pas agile et rapide ?  Leur démarche est maintenant lourde, hésitante, maladroite voire douloureuse. On croirait un groupe de petits vieux.  Qu’importe, le résultat est là : EXCEPTIONNEL. Dix POUMPILS ont parcouru 47 kilomètres soit 100% de ceux qui étaient venus à FUMEL avec cet objectif en tête. Bernard et Serge signent un véritable exploit : plus de 6,3 km en déplacement sur un parcours pas si facile et surtout dans des conditions météorologiques épouvantables. Chapeau les artistes ! La performance des autres participants est tout aussi remarquable. Pour Nathalie, Alain, Maïté, Valérie, Hermine, Sophie, le coup d’essai est un coût de maître et ce d’autant plus que tous ont marché à plus de 5 km/h. Quant à Francine, elle réussit là où elle avait échoué l’an dernier et Daniel améliore son temps de 2016. Bravo à Bernard, le coach du groupe 1, qui su préparer au mieux ses marcheurs. Les petits n’ont pas non plus démérité avec leurs 23 ou 18 kilomètres parcourus. Michel, Rosette et Marc devaient ménager leur mécanique un peu fatiguée et Edith a grapillé une étape de mieux. Sylviane a malheureusement été arrêtée dans son effort par l’orage alors qu’elle venait juste de se mettre en marche.

Tous en ont bavé mais tous se retrouveront l’année prochaine à FUMEL pour la onzième édition et ils espèrent que de nombreux POUMPILS MONTECHOIS les accompagneront.

Marc

Commentaires

PLANNING DES RANDOS

Groupe 1 et Groupe Loisirs :     

      

uploads/randonnee-montech/Medias/2_Planning commun septembre 2018.docx

uploads/randonnee-montech/Medias/Planning rando loisirs septembre 2018.docx

    

PLANNING RANDO SANTE RANDO DOUCE :

     

uploads/randonnee-montech/Medias/Planning Rando SANTE - DOUCE 4ème trimestre 2018.docx

                                                    meteo_033.gif

En cas de vigilance rouge ou orange, toutes les randonnées seront annulées.