LES POUMPILS MONTECHOIS : site officiel du club de randonnee de Montech - clubeo

DECOUVERTE DE VILLEMUR SUR TARN

6 octobre 2018 - 11:22

Il fait bien frais ce jeudi matin à 7h30. Nous avons perdu l’habitude !

9 Poumpils sont présents et prêts à de nouvelles découvertes. Destination VILLEMUR SUR TARN

Cité moyenâgeuse, entre la rivière et le coteau, située en Haute Garonne.

Serge part le premier. Waze nous guide au chemin le plus court. De jolies petites routes serpentent entre champs de fruitiers et vignobles

Michel s’inquiète néanmoins à l’idée que nous puissions aller faire les vendanges en terre inconnue…

A l’arrivée démonstration est faite que cet itinéraire est le plus court et que nous arrivons juste sur le point de départ de la rando. On se chausse, on boit le café dans un joyeux brouhaha qui fait réveil matin pour le couple qui dormait dans le « van » stationné à côté de nous.  Un bonjour, quelques mots d’excuse, on partage un café. Il est temps de passer aux choses sérieuses, c’est parti ! Daniel est notre guide.

On se réchauffe en marchant d’un bon pas, pour oublier les 7° de température.

Vers 9h10, Monsieur Michel fait sa dégustation de viennoiserie habituelle en pensant sans doute « merci Béa »

Première côte, la récompense apparait très vite par de magnifiques points de vues sur Le Tarn, puis sur la ville, pause photo bien sûr !.

Nous marchons sur le plateau, la campagne est magnifique.

Afin d’éviter un parcours sur route, nous dévions par un petit chemin de forêt. Quelle bonne idée, c’est très joli ! On alterne petits escaliers, passerelles, on enjambe des arbres tombés mais l’endroit n’est pas très accessible pour extraire le bois. Les arbres penchés gênent les personnes de haute taille comme Michel ou Serge qui jalousent tous les autres qui peuvent marcher bien droits, même en gonflant la poitrine comme Maîté.

Soudain, apparait une meute de chiens, ils se défoulent bruyamment mais le maitre n’est pas loin. Magnifiques ces 9 chiens et nous échangeons quelques mots avec le chasseur.

Nous quittons la forêt pour les champs où une côte un peu ardue nous attend.   Alors que nous reprenons notre souffle l’agriculteur vu plus bas, la remonte allègrement. Nous prenons conscience que les mollets sont encore engourdis par les vacances !

Nous admirons toujours cette campagne environnante et rejoignions la route.

Il faut prendre un chemin à gauche, pas facile à trouver car dissimulé, en biais, par un corps de ferme. Nous repartons vers un joli chemin dans les champs. IL y a un immense portail grand ouvert qui nous interpelle bien mais aucun panneau n’en limite l’accès. Après un long moment, nous voyons, au loin,  un grand nuage de poussière soulevé par un tracteur au travail. Puis nous voyons un nouveau portail, puis une maison et réalisons qu’il faut le franchir pour continuer sur le chemin et rejoindre la route à 100 m. Nous n’avons pas le temps de réfléchir que l’agriculteur arrête son énorme tracteur et vient au-devant de nous.

Il explique que nous sommes sur des chemins privés, depuis ce premier portail. Nous ne pouvons avancer davantage et il nous indique un autre accès avec barrière pour rejoindre la route, qu’il nous invite à refermer soigneusement après notre passage. Ce monsieur est gallois et il porte haut et fier le drapeau de son pays d’origine sur le portail de sa demeure. Il exploite un domaine de 400 ha et a supprimé les chemins de randonnées.

Les estomacs se réveillent et on recherche un endroit ombragé pour la pause repas. Un petit coup de rouge sur salades ou sandwiches, quelques gâteaux juste nécessaires pour reconstituer notre énergie. Il en faut, une belle montée nous attend.

En fin de parcours, sur les hauteurs et pendant notre descente vers la ville, , nous pouvons découvrir une nouvelle image de Villemur sur Tarn, ville ancienne et nouvelle, séparée par le Tarn et veillée par la Tour de Défense.

Cette tour de défense, haute de 30 mètres, domine le Tarn. Un moulin attenant a joué un rôle économique important dans le développement de la ville. Sa double fonction économique et défensive évitera la démolition des fortifications. Vers 1826, le moulin est agrandi et surélevé de 2 étages. Il accueille une minoterie et une soufflerie de peaux de lapins, matière première pour la fabrication du feutre destiné aux chapeaux. Elle servit aussi à une fabrique de pates alimentaires. Aujourd’hui, cette tour est utilisée à des fins culturelles.

 

Retour aux voitures, la fatigue est là ! non pas par un parcours difficile, mais parce que nous sommes encore en reprise de rythme et merci à nos animateurs d’introduire progressivement les dénivelés.

 

Michel sera tête de file pour un retour plus direct et se charge du choix de la halte mousse… qui se fera à Montech. Encore une belle et joyeuse journée qui s’achève.

FL

Commentaires

ATTENTION

 

                                                    meteo_033.gif

En cas de vigilance rouge ou orage, toutes les randonnées seront annulées.

                                       meteo_033.gifmeteo_033.gif